monsieurjojo

Notes numériques et véliques

Twitter On Board – #VG2012 – 4

Depuis une semaine, quelques skippers jouent à un jeu bien particulier et inédit pour un Vendée Globe : tweeter depuis leur bateau. Ils sont deux : François Gabart du team Macif et Alex Thomson du team Hugo Boss. Alex Thomson va jusqu’à commenter l’actu, François à répondre aux tweets qui le mentionnent. Incorrigibles :-)

Comment créer de l’engagement pour un coût très modéré ? Prenez un skipper avec une certaine sensibilité à Twitter, mettez-le sur un bateau, dites lui de faire un tour du monde. Pas besoin de secouer, c’est déjà prêt.

Alex Thomson est le plus logorrhéique des deux :

François l’avoue volontier après avoir cherché la définition de ce mot sur Internet

Et quand une partie du classement est communiqué par le skipper lui même, avant presque tout le monde, et bien la boucle est un peu blouclée…

Et je passe sur les remerciements entre skippers concernant le record de distance parcourue en 24H, les anniversaires etc.

Au premier abord, cela peut sembler assez étrange comme situation. Moi même, c’est vous dire, je me suis posé la question : on en fait pas un peu trop là ? Je veux dire, il s’agit d’une course en solitaire, sans assistance, assez extrême… Ces skippers devraient avoir la vie dure sur l’eau là ! Ils devraient être en manque de communication car personne à qui parler, ou en tout cas, de manière régulière. C’est difficile comme course quoi !!

Bah non, la course, les bateaux sont extrêmes mais à priori assez « confortables » pour lire les actus du jour et participer aux conversations via une plateforme sociale. Envoyer deux ou trois images voir vidéos, demander à la planète comment se raser etc.

C’est une course difficile, clairement. Dans le cas contraire, il n’y aurait pas ces abandons, ces avaries, ces mois voir années de préparation… Mais aujourd’hui, la technologie, le progrès propose et donne une autre saveur, bien particulière mais que l’on peut trouver dans d’autres disciplines sportives pourtant. Un partage sans limite pour le plus grand bonheur… des fans.

La communication a pris l’ascendant sur l’aspect sportif. Tant mieux, le sponsoring ne peut que s’en réjouir. Non ?

Next Post

Previous Post

6 Comments

  1. Sébastien Vandame 02/12/2012

    Super ton article, par contre, je ne suis pas d’accord. Tu parles de coût très modérée, mais je pense que les factures, à l’arrivée, vont faire très mal aux équipes… L’iridium, c’est très chère…Alors effectivement, c’est amusant à suivre, mais je pense clairement que tous ne peuvent pas le faire…

  2. Veronique Teurlay 02/12/2012

    Sympa comme papier.Je crois qu’il ne faut pas confondre l’outil et la fonction. Ces skippers ont une sensibilité au fait d’échanger – en direct – avec leur « public », collègues etc. Twitter le leur permet..Pour ce qui est du confort, la station de navigation est conçue pour travailler (sur les fichiers météo, les envois d’images ou réponses aux mails, etc.). On peut donc imaginer qu’il sont mieux installés là qu’ailleurs dans le bateau (et les twitt sont envoyés via un serveur mail).
    Mais effectivement, cela donne une impression de « facilité » dans la course quelque peu déroutante.
    Par contre dire que la communication a pris le pas sur l’aspect sportif, je ne suis pas certaine – du tout ;). Il y a de nouveaux outils qui permettent que la com se fasse différemment. Et elle inclut l’animation d’une communauté grand public et plus uniquement « spécialiste » » de la voile.
    Le nouveau skipper du Vendée Globe est en solitaire mais pas en solitude (cela fait un moment qu’il n’est plus en solitude je crois, sinon par choix !)

  3. monsieurjojo 02/12/2012

    Ok pour le coût de transmission, mais tous ne peuvent pas le faire parce qu’ils n’ont pas la sensibilité dont parle Véronique, n’ont pas de compte Twitter perso, voir ne savent pas forcément ce qu’est et permet Twitter.

  4. monsieurjojo 02/12/2012

    J’aime beaucoup ta dernière phrase, très juste.

  5. Lucas 02/12/2012

    Les factures de communication par satellite risquent d’être salées (x2 / dernier coup ?) mais garderont une place raisonnable dans le budget global d’une campagne Vendée Globe, sauf pour les petits projets. Si les objectifs sont atteints, tout va bien !

  6. zecagou 03/12/2012

    Ton article est très bien :-) Mais si tu pouvais supprimer ce vilain mot « logorrhéique » ! Je ne pense pas qu’il soit bien approprié.

© 2017 monsieurjojo

Theme by Anders Norén