monsieurjojo

Notes numériques et véliques

L’organisateur a tous les torts

C’est ce qui ressort via les commentaires, d’amateurs éclairés ou non, même de professionnels de la voile, lorsqu’une polémique éclate, qu’il y a un mécontentement, justifié ou non, lors de ce Vendée Globe.

Que l’on puisse être affecté par l’abandon d’un skipper, la décision très dure et difficile à accepter venant d’un jury, je le comprends tout à fait. Moi même je le suis. On peut exprimer son avis mais il faut aussi mesurer ses propos en public non ?

Lire que l’organisation du Vendée Globe fait preuve de lâcheté en supprimant Bernard Stamm de la cartographie suite à son abandon, c’est assez… hallucinant, je trouve.

Cartographie (map) = positionnement des bateaux. Si pas de positionnement (le skipper a abandonné, il n’envoi plus sa position), pas de carto, d’identification sur une map. Cela est relativement simple à comprendre je pense. Ou du moins, on peut communiquer dessus pour la compréhension de tous. Ceci est une autre histoire, c’était mon premier point.

Mon second point, est qu’il est présent sur la cartographie le gars Bernard, dans la liste des skippers, là, à droite. C’est une course, qu’on garde bien cela en tête. Il est indiqué comme hors-course à l’instar de Samantha Davies, Vincent Riou et autres skippers qui ont du abandonné. Ça change quoi de le voir sur la map ? On se focalisera de toute manière plus en avant de la course, et cela évitera qu’un mec qui n’a pas suivi l’abandon, pense qu’il est toujours en course. Bref, on distingue bien ceux en course, tous les participants (abandons inclus). La carto fait son job.

Par ailleurs, il n’y a eu aucun soulèvement concernant la suppression de la carto des précédents abandons il me semble.

Si l’on désire suivre le rapatriement de Bernard Stamm, le travail est de la responsabilité du team  s’il souhaite communiquer dessus, ou non ! Comme l’ont fait Maître Coq, Savéol, Groupe Bel… Comme ne l’ont pas fait Safran ou PRB (ou dans une bien moindre mesure).

Oui mais c’est comme ça, avant de comprendre et tourner n fois sa langue dans sa bouche, on insulte (car c’est facile) l’organisateur, sans qui cette course n’aurait pas été si réussie. Parce qu’elle l’est. Avec ses défauts comme ses qualités. Avec ses joies et ses tristesses.

Next Post

Previous Post

© 2017 monsieurjojo

Theme by Anders Norén